Pour une lutte convergente des professionnels, des universitaires et des étudiants

Pour une lutte convergente des professionnels, des universitaires et des étudiants

Ce message pour partager mon écœurement et ma colère. Vous avez sans doute connaissance de la dernière manipulation violente et autoritaire de la macronie à l’égard des psychologues ?…  Après la disparition de la psychopathologie remplacée par les fumeux TND, après les PCO et la standardisation normative et contrainte des pratiques, après le retournement du Conseil d’État (mais la bataille va se poursuivre), après les crédits colossaux accordés à FondaMental pour leurs recherches débiles mais « scientifiques », après MonPsy et autres dispositifs méprisants à l’égard de la population et des psychologues, voici que les experts de l’Insee décident de modifier les codes APE, considérant que la profession de psychologue ne relèvent plus d’ « activités de santé humaine » (code 8690F), mais d’ « autres services personnels » (code 9609Z). Interrogée par la profession, l’Insee répond que les psychologues ont une activité « non thérapeutique », l’activité « thérapeutique » n’est reconnue que si elle est soumise à la « prescription d’un médecin ».

Voilà donc les psychologues ramenés au même rang que les voyantes, cartomanciennes, rebouteux et autres diseurs de bonne aventure ! Seuls les psychologues travaillant sur prescription (il faut entendre « acceptant le dispositif MonPsy ») seront reconnus comme soignants et « psychothérapeutes » ! (Il faut savoir que la majorité des quelques psychologues qui ne boycottent pas ce dispositif sont tout sauf cliniciens !).

Ce pouvoir met en place toutes les conditions pour soumettre les psychologues et les contraindre à se plier à ce qu’il a décidé autoritairement et arbitrairement, en restant totalement sourd aux propos de la profession qu’il n’écoute jamais.

Cette décision abusive et scandaleuse de l’Insee aura des conséquences sociales (disqualification totale des psychologues) et fiscales (soumission à la TVA) considérables ! On va se battre, mais les fronts sont nombreux, les coups n’arrêtent jamais, et tout cela est épuisant et déprimant.

Tout est en place pour poursuivre l’entreprise délétère du ministère de la santé : créer un corps de psychologues de la santé, formé par la médecine (la vraie, celle qui est « scientifique »), et inféodé au pouvoir médical pour réaliser des actes paramédicaux obéissants à la norme dictée par l’État. Ces « psychologues d’État » comme dit Roland Gori ne seront plus certifiés par les universités, mais par le bras armé du ministère de la santé : les ARS.

Si les universitaires et les étudiants ne se révoltent pas, aux côtés des professionnels, nous allons assister passivement mais sûrement à l’enterrement de notre profession, après une lente agonie programmée.

Je me bats avec les professionnels, qui essaient péniblement de s’organiser pour faire converger les luttes, mais je ne peux plus grand-chose à l’université ni auprès des étudiants. C’est à vous de faire du bruit, de réagir, d’informer et de mobiliser les étudiants qui se « professionnalisent » pour un métier qui n’existera bientôt plus, si on ne se rebelle pas.

Bonnes « vacances ».

Albert CICCONE