Conventions collectives : Actualités récentes

[publié le 28/04/2017]

Lettre à la HAS pour une approche plurielle de l’autisme

Le SNP défend une pluralité des approches et leur approfondissement dans la formation des psychologues, sans privilégier aucune orientation théorique. Il défend l’unicité de la profession et le devoir de confraternité sur la base d’une déontologie commune, tout en défendant la spécificité tout autant que la diversité des orientations.

Congrès du SNP, 2016; Résolution2

 

 

Paris, le 21 avril 2017

 

AUTISME : POUR UNE APPROCHE PLURIELLE

 

Le Syndicat national des psychologues s’indigne de propos et de décisions récents allant dans le sens d’une mise en opposition ou d’une exclusion de certaines techniques dans le champ de la prise en charge de l’autisme. Le SNP dénonce toute ingérence des autorités politiques et administratives dans le choix des méthodes que les professionnels mettent en œuvre dans leur pratique. Le SNP refuse que soit limitée la liberté d'accès des personnes souffrant d'autisme et de leur famille à une diversité d'approches ou au choix du praticien.

 

Des préconisations de la Haute autorité de santé ont été imposées comme normes d’intervention pour des établissements et des professionnels. Il est évident que ce n’était pas le propos de la HAS, mais la présentation des méthodes et leur comparaison ont permis à certaines instances d’en conclure à l’absence de choix possible entre les différentes approches. L’instruction n°DGCS/SD3B/CNSA/2015/369 relative à l’évolution de l’offre médico-sociale accueillant et accompagnant des personnes avec troubles du spectre de l’autisme a incité certaines Agences régionales de santé à faire usage de ces préconisations pour apprécier l'offre des structures accueillantes des enfants et adultes autistes1 et à conditionner le renouvellement ou l'octroi de crédits à la mise en application de l'ensemble des recommandations interprétées dans un sens restrictif.

 

Dans une réunion du comité de pilotage «Psychiatrie et santé mentale»2, le Dr Bernard Odier, Président de la Fédération française de psychiatrie, critique cette instrumentalisation des recommandations de la HAS: «Le fait que la HAS soit consciente du statut des recommandations n’a pas empêché une tendance grandissante à l’assimilation des recommandations au règlement, en particulier dans le secteur médico-social». Un représentant de la HAS à cette même réunion a rappelé que «la HAS a toujours fait valoir que les recommandations constituaient un état de l’art à un moment donné et non une norme contraignante. Elles doivent pouvoir être adaptées aux situations cliniques et en particulier au patient que le médecin a en face de lui»3. Il précise que«[…]la HAS est preneuse des critiques qui peuvent l’aider à améliorer ses méthodes.».

C’est dans cet esprit que nous nous adressons à vous.

 

Le SNP soutient la pluralité des approches, la diversité des pratiques et affirme que seuls les professionnels sont à même d’évaluer la pertinence de leurs actes. L’état actuel des connaissances dans le champ de l’autisme aboutit à une absence de consensus de niveau I, quelle que soit la méthode considérée. Sur le terrain, de nombreux psychologues intégrés dans des équipes pluridisciplinaires, soutenues par des parents, élaborent avec d’autres professionnels des prises en charge adaptées à chaque sujet rencontré. Nombreux sont ceux qui soulignent l’importance et l’efficacité des approches plurielles, tant adaptatives que subjectives. Nos confrères savent bien, et expérimentent chaque jour, que c'est en croisant les regards, les théories et les méthodes que la prise en charge de l’autisme est respectueuse des personnes accueillies et accompagnées.

 

Le SNP demande donc avec fermeté que cessent les injonctions, d’où qu’elles émanent, interdisant ou préconisant les méthodes que doivent appliquer les psychologues. Le SNP demande que la HAS explicite les niveaux de consensus servant de support à ces préconisations. Le SNP demande que la HAS notifie dans ses publications que ses préconisations sont données à titre indicatif, et ne s’imposent pas aux professionnels qui ont à user de leurs connaissances, compétences et expériences pour juger de la pertinence de leur mise en œuvre dans chaque situation singulière qu’ils rencontrent.

 

Pour le Syndicat national des psychologues

 

Le Secrétaire général, Jacques BORGY

La secrétaire de la commission Conventions collectives, Céline ZADIGUE

 

Copie à: Monsieur Y.Halimi, Président du Comité de suivi «Psychiatrie et santé mentale»

 

1 « Le plan s’appuie fortement sur les recommandations de bonnes pratiques professionnelles produites par l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM) et la Haute autorité de santé (HAS) », Instruction n° DGCS/SD3B/CNSA/2015/369 du 18 décembre 2015, p. 2 ; « L’outil d’appui à l’évolution de l’offre : Son contenu : Il a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire et pluri professionnel associant les associations représentatives des familles concernées par l’autisme, à partir des recommandations de l’ANESM et/ou de la HAS. », id., p. 8, pour ne citer que ces passages

2 Réunion du 13 décembre 2016 du comité de suivi « Psychiatrie et santé mentale » de la HAS, à laquelle participait le Secrétaire général du Syndicat national des psychologues en tant que représentant la profession

3 Dr Michel Laurence


> Tous les articles

Adhérer

Acheter la revue

Télécharger un article

Trouver un psychologue

Contact