Compte-rendu : réunion DGOS-SNP du 21 mars 2012

Étaient présents :

Mme Michèle LENOIR-SALFATI, adjointe du sous-directeur RHSS à la DGOS
M. Patrice VAYNE, chargé de mission veille sociale à la DGOS

Mme Marie-Claude CATHELINEAU, secrétaire générale adjointe du SNP
M. Guillaume LUGEZ, membre de la commission FPH du SNP

 

  • Sur le projet de structuration institutionnelle :

Dans la continuité des concertations menées suite aux résultats de notre enquête de 2010-2011 sur les regroupements de psychologues de la FPH, nous avons de nouveau rencontré Mme LENOIR-SALFATI et M.VAYNE le 21 mars.

Les représentants de la DGOS se sont engagés dans le sens d’une amélioration de notre organisation institutionnelle et vont mettre en œuvre une expérimentation sur la structuration de la profession dans un échantillon représentatif d’établissements entre 2012 et 2014.

Une circulaire est en cours de rédaction et devrait être publiée à la fin du mois d’avril.

L’expérimentation, répartie sur 2 années, devrait permettre de tenir compte du temps nécessaire à la maturation de cette évolution importante pour notre profession. Les modalités de l’expérimentation seront précisées dans la circulaire. Celle-ci devrait :

– décliner les missions générales des regroupements de psychologues des établissements de la FPH (missions cliniques, administratives et de formation-recherche) ;

– confier à chaque établissement participant à l’expérimentation la tâche d’élaborer les modalités de structuration institutionnelle qui lui conviennent ;

– associer obligatoirement les psychologues à l’élaboration de ces modalités d’organisation ;

– exclure la filière paramédicale de la gestion administrative des psychologues hospitaliers.

L’expérimentation devrait s’appuyer sur un comité de suivi qui permettra notamment d’obtenir progressivement une image fidèle du mode d’organisation majoritairement souhaité par la profession. Le SNP, en tant que syndicat professionnel des psychologues, sera associé à ce comité de suivi.

 

  • Sur le emps FIR » :

La future circulaire devrait d’une part réaffirmer le caractère intrinsèque de la fonction FIR (incluant les activités de supervision) dans l’exercice professionnel de tout psychologue, quel que soit son statut.

D’autre part, elle devrait faire dépendre la quotité de temps FIR de l’entretien annuel et instaurer un compte-rendu individuel accompagné, le cas échéant, d’un compte-rendu collectif (par exemple dans le cadre d’actions de formation/recherche).

Sur ce dernier point, le SNP s’engage à assurer une veille des pratiques, qui ne devront pas contrevenir au statut de cadre des psychologues, lesquels doivent rester les concepteurs du contenu individuel de leur activité de FIR.

L’entretien annuel étant une tâche dévolue au « N+1 », nous recommandons à tous les psychologues d’être particulièrement vigilants à sa désignation (administratif, psychologue ou médecin).

Si leur établissement participe à l’expérimentation, les psychologues devraient être en mesure de négocier la désignation de leur « N+1 ».

Le SNP maintient sa recommandation de confier cette tâche à un psychologue élu par ses pairs, afin de limiter le contrôle exercé par les professions médicales sur notre profession.

 

La Commission Fonction Publique Hospitalière

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partagez sur Facebook
Partager sur twitter
Partagez sur Twitter
Partager sur linkedin
Partagez sur LinkedIn

Confidentialité et cookies : ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez que nous en utilisions. Pour en savoir plus, y compris sur la façon de contrôler les cookies, reportez-vous à ce qui suit : Politique de confidentialité