Pour un statut des psychologues de l’Education nationale

Statut des psychologues de l’EN

Le Sénat a examiné ce vendredi 18 mars 2005 en séance plénière la loi d’orientation sur l’avenir de l’école. La Commission Education nationale du SNP, relayé par ses collègues du SNP, de la FFPP, a proposé un amendement à l’article 24 (déposé par le GCRC (amendement 592) et l’UDF ( amendement 620).

Cet amendement , concernant les psychologues scolaires » demandait :
« Les psychologues de l’Education nationale ont un statut particulier de psychologue pris conformément à la loi n° 84 16 du 11 janvier 1984, et à la loi n° 85 772 du 25 juillet 1985, statut qui fera l’objet d’un décret. »

Nous remercions tous ceux qui ont participé à cette étape importante qui a permis à la commission des affaires culturelles de présenter cet amendement en séance plenière.
Nous remercions Mme David et les membres du Groupe Communiste Républicain et Citoyen, Mme Morin-Desailly et le groupe UDF.

En séance plénière, le ministre a argumenté sur le fait que ce point ne devait pas être débattu au motif que « les psychologues ne sont pas dépourvus de protection. Cette disposition n’a pas sa place ici et est en cours de refonte (…) La circulaire existe déjà. Nous regardons avec les organisations représentatives et les instances compétentes comment l’actualiser. »
Les deux sénatrices, acceptant de retirer l’amendement, ont assuré le ministre de leur vigilance quant à la situation des psychologues.

Jamais nous ne sommes allés aussi loin dans le débat parlementaire, nous devons rester mobilisés. Nous ne pourrons nous contenter d’une simple actualisation réglementaire sous la forme d’une refonte des missions des psychologues scolaires (cf circulaire). Nous voulons un statut de psychologue.

A l’heure de l’harmonisation européenne et de la mise en place de la réforme LMD, le ministère ne peut continuer à recruter les psychologues qu’il emploie de manière dérogatoire (DEPS) en les maintenant dans un statut d’enseignant.
A l’heure d’une exigence de plus en plus affirmée, par les pouvoirs publics, de protection du public (obligation d’inscription des psychologues sur les listes ADELI), il est de la responsabilité du ministre de l’Education de mettre en œuvre le statut de psychologue de l’Education nationale.

Nous appelons l’ensemble de la profession, les usagers de l’école (parents d’élèves, enseignants) à se mobiliser pour obtenir le statut de psychologues de l’Education Nationale qui nous, qui lui fait tant défaut.

Bureau de la Commission Education Nationale du Syndicat national des Psychologues, le 19 mars 2005.

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partagez sur Facebook
Partager sur twitter
Partagez sur Twitter
Partager sur linkedin
Partagez sur LinkedIn

Confidentialité et cookies : ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez que nous en utilisions. Pour en savoir plus, y compris sur la façon de contrôler les cookies, reportez-vous à ce qui suit : Politique de confidentialité