Education nationale mesures dramatiques

Les mesures envisagées par le gouvernement vis à vis du service public sont plus ,, injustes et fortement dommageables les unes que les autres. Luc Chatel a ainsi  proposé aux recteurs divers scénarii leur permettant d’atteindre le quota fixé pour réduire les personnels de l’Education nationale.  Sans discernement et sans analyse à long terme,  la politique de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, pourrait entrainer des  risques  majeurs au sein du système éducatif.

Dans cette déconstruction, les enfants  seront les premières victimes, mais tous  les professionnels, enseignants, membres des RASED  souffriront également.

Une des hypothèses énoncée par le ministre touche les psychologues dits « scolaires »
    « Un troisième scénario intègre, (…) la mise en extinction des psychologues scolaires. »

Rappelons que ces psychologues de l’Education nationale reçoivent plusieurs centaines de milliers d’enfants et de parents par an, que ce soit du côté des suivis, des bilans, que de l’aide à la scolarisation des enfants porteurs de handicap ou du soutien aux équipes éducatives.

L’annonce de l’ « extinction » programmée des psychologues dits « scolaires », alors même que leurs interventions n’ont jamais été aussi reconnues et sollicitées tant par les familles, les professionnels de l’Education nationale, que les partenaires extérieurs, suscitent indignation et tollé comme en témoigne le nombre grandissant de signataires de la pétition mise en ligne.

Cette pétition, initiée par le SNP, seul syndicat regroupant l’ensemble de la profession de psychologues, tient à alerter sur les conséquences désastreuses sur le devenir de toute une partie de la population, les plus jeunes et les plus vulnérables : les enfants en difficulté scolaire, psychologique,  social ou atteints de handicaps. Elle est destinée à ce que chacun puisse s’en saisir afin de défendre et la pérennité d’un service public Education nationale de qualité et  les possibilités d’accompagnement de tous les enfants qui en éprouvent le besoin.

L’éclairage sur le risque de disparition  des psychologues de l’Education nationale n’entrave en rien notre solidarité avec tous les personnels en détresse. Il concourt à la mise en lumière de toutes les attaques dont les psychologues sont actuellement l’objet, comme s’il s’agissait de niveler quelque chose de la singularité psychique de chaque être.

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partagez sur Facebook
Partager sur twitter
Partagez sur Twitter
Partager sur linkedin
Partagez sur LinkedIn

Confidentialité et cookies : ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez que nous en utilisions. Pour en savoir plus, y compris sur la façon de contrôler les cookies, reportez-vous à ce qui suit : Politique de confidentialité