Manifeste des syndicats siégeant à l’UNML

Nous avons lu attentivement le « Manifeste pour une politique ambitieuse pour la jeunesse » rédigé par l’ensemble des syndicats siégeant à l’UNML.

Nous ne pouvons que souligner et soutenir la mise en avant de l’approche globale, approche indispensable à toute démarche d’insertion et orientation fondamentale des Missions Locales.

Il nous est cependant apparu que la dimension psychique manquait quant aux différents aspects à prendre en compte dans cette approche globale.

Les professionnels de Missions Locales ainsi que de nombreux rapports soulignent l’importance de cette dimension psychique et évoquent chez les jeunes reçus mal-être, souffrance psychique, et parfois pathologies nécessitant une démarche de soins.

C’est de notre place de psychologues que nous sommes amenés à souligner l’importance d’accueillir les jeunes dans la prise en compte de cette souffrance psychique et le respect de leur demande.

C’est dans une vigilance et une écoute quotidienne que nous pouvons soutenir les parcours singuliers s’inscrivant dans la finalité d’insertion qui est au centre de l’existence des Missions Locales.

Nous avons donc, de notre place de psychologues en Missions Locales et de notre place de syndicalistes, proposé aux rédacteurs du Manifeste, différents amendements afin de pallier à cette absence qui nous apparait extrêmement dommageable, tant pour ces jeunes dont nous entendons année après année la souffrance, que pour la reconnaissance de notre travail et de notre place en Missions Locales.

Vous trouverez ci après nos propositions.

Le S.N.P-Commission Missions Locales

Syndicat national des psychologues
Le secrétaire général

Paris, le 4 juillet 2009,

Objet :
Proposition d’amendement au « Manifeste pour une politique ambitieuse pour la jeunesse », à l’intention des signataires.


Madame, Monsieur,

Nous avons pris connaissance avec intérêt du « Manifeste pour une politique ambitieuse pour la jeunesse ».

Attentifs, de notre place de psychologues en mission locale, à la dimension psychique, nous avons noté qu’elle n’y apparaissait pas.

De nombreux témoignages de salariés en mission locale viennent souligner les souffrances psychologiques des jeunes. De nombreux textes de référence viennent appuyer ces constats de professionnels.

Parmi ceux-ci nous pouvons citer :

  • Dans son rapport de 1995, Une souffrance qu’on ne peut plus cacher, Antoine Lazarus l’évoquait.
  • Un rapport de 2004 de l’Inspection Générale des Affaires Sociales intitulé « Enquête sur la prévention et la prise en charge des adolescents et des jeunes adultes souffrant de troubles psychiatriques » citait les missions locales comme étant « un lieu de 1er contact » pour ces jeunes (p 70).
  • La charte La santé des jeunes, signée en 2006 par les ministères concernés et la présidente du Conseil National des Missions Locales, parlait de la nécessite « d’améliorer le taux et la qualité des moyens d’accueil et d’écoute des jeunes en souffrance psychologique, ainsi que le recours aux soins de santé mentale quand nécessaire. »
  • En 2008, le CNML engage avec des acteurs scientifiques et des acteurs de terrain, « une étude spécifique sur le mal être et la souffrance psychique des jeunes 16/25 ans en recherche d’insertion, à partir d’un constat de manque de données épidémiologiques sur les difficultés psychologiques rencontrées par les jeunes en insertion. Les 1ers résultats non encore consolidés, confirment ce que les professionnels ont ressenti dans leurs pratiques » (Pierrette CATEL dans la revue La Santé de l’Homme, N°399 janvier-février 2009)

Le « Manifeste pour une politique ambitieuse pour la jeunesse », publié en juin 2009, souligne l’importance d’une approche globale par rapport à l’insertion et à ce titre évoque les différents freins d’accès à l’emploi. C’est au nom de cette approche que nous vous proposons d’inclure un amendement sur la question de la dimension psychique. Nous l’avons élaboré dans les termes suivants :

Dans le paragraphe 10 du Manifeste, point 3. « Une méthode qui a fait ses preuves, l’approche globale » :

« Ainsi la prise en compte des aspects plus sociaux que sont notamment le transport, le logement, la garde d’enfants », nous rajoutons : la santé physique et psychique, les loisirs… »

Dans la partie 9 du Manifeste, « Des outils à disposition des conseillers », :

Après le paragraphe « Concernant la santé », nous proposons l’ajout d’un paragraphe :

« Concernant les souffrances psychiques » :

  • Actions à conduire dans les missions locales :
  • Proposer aux jeunes des lieux d’écoute (interne et/ou externe)
  • Proposer un appui aux équipes par rapport à cet accompagnement psychologique
  • Développer des partenariats autour de ces questions

Dans le paragraphe suivant,

« Ces constats imposent aux missions locales d’offrir aux jeunes qu’elles accompagnent :
(…)

4/ La prise en compte des souffrances psychiques et des demandes d’accompagnement psychologique, la mise en œuvre des moyens nécessaires pour permettre l’accès aux soins des jeunes souffrant de pathologies mentales


Nous restons à votre disposition pour toute participation à une réflexion sur ce sujet et vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de notre parfaite considération.


Jacques Borgy, Secrétaire général

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partagez sur Facebook
Partager sur twitter
Partagez sur Twitter
Partager sur linkedin
Partagez sur LinkedIn

Confidentialité et cookies : ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez que nous en utilisions. Pour en savoir plus, y compris sur la façon de contrôler les cookies, reportez-vous à ce qui suit : Politique de confidentialité