Mobilisation de la profession le 10 mars 2022

Mobilisation de la profession le 10 mars 2022

Un boycott sans concessions, un refus des négociations actuelles

Le 10 mars 2021 paraissait un arrêté mettant les psychologues sous la coupe médicale et sous l’obligation de méthodes imposées.

Dans la suite de plusieurs dispositifs (Ecout’Moi, retrouve ton cap, Soins partagés, Coda, TSLA, TND, Chèque Psy, etc.) survient l’article 79 de la LFSS : accompagnement psychologique (8 séances) sous « adressage » au tarif dérisoire de 30 euros par séance.

Les salaires des psychologues n’ont pas été revalorisés depuis 1991 et n’ont pas été pris en compte dans les accords Ségur.

Le SNP a dénoncé :

  • la paupérisation et la précarisation programmées des psychologues
  • la mise sous coupe médicale sous la forme de prescription ou d’ « adressage » I l’absence d’accès direct et des mesures contraires au Code de déontologie
  • l’imposition de méthodes dans une visée d’exclure les sciences humaines
  • des négociations actuelles faussées auxquelles on ne peut participer sans trahir les psychologues.

Le SNP promeut :

  • Le boycott sans concession du Dispositif Unifié
  • Le refus de négociations si la remise en cause de la prescription-adressage médicale et des tarifs n’est pas possible
  • La coordination et la convergence des organisations de psychologues défendant la profession et des organisations syndicales pluricatégorielles
  • Le recrutement en nombre de postes dans les services destinés au public
  • Des rémunérations revalorisées des fonctionnaires et salariés à hauteur de la qualification
  • Un allongement des études sous la forme d’un doctorat professionnalisant de 3 ans
  • Le refus de l’instrumentalisation des psychologues par des instances ou groupes politiques
  • Le refus de toute compromission, duplicité ou double discours

 Le SNP appelle à une manifestation du 10 mars qui respecte la dynamique de convergence des divers mouvements de professionnels et une unité la plus large possible.

Il a appelé à manifester :

pour le refus de la prescription médicale et de la participation au dispositif unifié, de la mise en place d’un dispositif qui méprise la profession et réduit de fait l’accès du public à un travail pluridisciplinaire de qualité.

contre une rémunération indécente, contre le Décret n° 2022-195 du 17 février 2022 relatif à la prise en charge des séances d’accompagnement réalisées par un psychologue.

Il récuse la paramédicalisation de l’aide psychologique et de la psychothérapie.

 IL APPELLE A MANIFESTER LE 10 MARS 2022

POUR UN REFUS SANS COMPROMISSION DU DISPOSITIF UNIFIE

UNE VRAIE DÉFENSE DE LA PROFESSION ET DES USAGERS DE LA PSYCHOLOGIE AVEC L’ENSEMBLE DES ASSOCIATIONS