Dispositif de renforcement en psychologues dans les maisons de santé (MSP) et les centres de pluriprofessionnelles santé (CdS): pourquoi le SNP appelle à son boycott

Dispositif de renforcement en psychologues dans les maisons de santé (MSP) et les centres de pluriprofessionnelles santé (CdS): pourquoi le SNP appelle à son boycott

Pour qui est ce dispositif ?

  • pour des patients ayant plus de 3 ans
  • en souffrance psychique pour des « troubles légers à modérés »

Protocole 

  • Sous prescription des médecins généralistes de la MSP ou du CdS
  • Bilan initial à établir par le psychologue – 45mns
  • Établissement d’un rapport à destinataire du médecin généraliste
  • Séances limitées de « prise en charge psychologique » – 5 pour enfants et 10 pour adultes uniquement
  • Synthèse à adresser au médecin généraliste à « mi-parcours »
  • Établissement d’un bilan à destinataire du médecin généraliste à la fin du nombre de séance initial et validation par un (pédo)psychiatre ou médecin généraliste suivant les cas
  • Prescription de séances supplémentaires suivant l’avis du médecin
  • Séances limitées de « psychothérapie spécifique » (pour les patients âgés de 18 ans ou plus) – 5 pour enfants et 10 pour adultes uniquement
  • Établissement d’un bilan à destinataire du médecin généraliste et (pédo)psychiatre
  • Prise en charge ensuite par un (pédo)psychiatre uniquement
  • Paiement des psychologues par la MSP ou du CdS , à la fin du protocole – 22€ par séance de 30mns
  • La MSP récupère les subventions allouées de manière annuelle

Pourquoi le SNP appelle à son boycott :

Oppositions du SNP

  • prise en charge soumise à la « prescription » des médecins généralistes
  • difficulté nationale à trouver des (pédo)psychiatres partenaires – impossibilité de poursuivre les séances sans leur prescription
  • sous-tarification
  • délai de paiement (plusieurs mois)
  • non-paiement des temps de rédaction de rapport et de bilan
  • limitation du nombre de séance
  • dépendance vis-à-vis de la MSP ou du CdS
  • double statut : indépendant et salarial auprès de la MSP ou du CdS
  • limitation des approches thérapeutiques employées

Le SNP appelle au boycott du dispositif tant que les éléments suivants ne sont pas intégrés :

  • accès direct au psychologue – pas de prescription médicale
  • une rémunération décente – 50€ la séance de 45mns (moyenne nationale entre 60€ et 70€ pour 1h)
  • rémunération directe au psychologue et non à la MSP ou du CdS, afin d’éviter le lien de subordination
  • rémunération des temps d’écriture et de rédaction des rapports/bilans
  • allègement des modalités d’écriture et administratives
  • nombre de séance non limité
  • liberté des outils/techniques utilisées par le psychologue